Analyse meteo des phénomènes en France


VOS VILLES

       Connectez-vous en haut

Rubrique temporairement arrêtée

Veuillez nous excuser pour la gène occasionnée, cette rubrique est temporairement fermée suite à un manque de prévisionnistes. Nous mettons tout en oeuvre pour la ré-ouvrir au plus vite.

 

Si vous souhaitez nous aider et participer à ce projet, n'hésitez pas à nous contacter via cette adresse e-mail : espacemeteo@gmail.com

 

Merci de votre compréhension.


Analyse météo technique du 15 avril

Après une première quinzaine d’Avril hors norme sur le pays grâce à l’installation d’une grande douceur, les températures ont quelques peu chuté sur la moitié Nord de la France. Sous l’influence d’un vent  de Nord et de masses d’air en provenance de Scandinavie, des gelées ont même pu être  observé sur un grand quart Nord-est.  Le Sud reste encore à l’abri et profite même de températures dignes d’un mois de juin en ce milieu de semaine. On atteindra de nouveau la barre des 25°C.

 

Un week-end de Pâques plutôt instable

 

 

 

 

L’influence plus froide va gagner davantage de régions pour le week-end de Pâques. Une goutte froide va parvenir à se propager depuis la Mer du Nord en direction de notre pays où elle est promise à stagner pendant quelques jours.  Cette advection d’air froid en altitude engendrera un temps particulièrement instable où des fronts, parfois à caractère orageux, se succéderont sur le pays.

 

Dans ce contexte très nébuleux, les températures minimales seront douces pour la saison. Les maximales perdront quelques degrés mais resteront dans les normes de saison.

 


Analyse météo technique du 6 avril

Nous ne sommes pas en plein mois de mai mais au début du mois d’Avril, sous des températures dépassant les 20°C partout dans le Sud, s’en approchant dans le Nord, sous un soleil à peine voilé à l’approche d’un front sur l’Atlantique. Il y a un an jour pour jour, il faisait 10 à 15°C de moins.  Oui mais, en Avril, ne te découvre pas d’un fil.

 Le temps de cette semaine fera-t-il mentir ce proverbe ?  

 

C’est une semaine en dent de scie qui nous attend.

 

 

 

 

La fiabilité baisse d’un cran pour notre fin de semaine. Nous pourrions connaître une nouvelle baisse des températures associés à une intrusion nuageuse.

 

Et pour cause, la journée de Lundi s’annonce comme l’une des plus chaude de notre début de printemps puisque la barre des 20°C sera atteinte sur les ¾ de la France et on pourra même dépasser les 25°C dans le Sud-ouest du pays.  Mais déjà, un front pointera sur la Bretagne. Dans un champ de pression elevée, son activité ne sera que modérée mais elle occasionnera une dégradation nuageuse généralisée et pluvieuse sur les régions septentrionales mardi. Elle sera accompagnée d’une nette baisse des températures.

 

Mais très vite, une nouvelle cellle anticyclonique viendra se positionner à proximité de nos régions. Elle permettra un rapide asséchement de la masse d’air pour les journées de mercredi et jeudi et des conditions de nouveau printannières avant une nouvelle dégradation pour le week-end.


Analyse météo technique du 27 mars

Loin des vagues de froide récurrentes cet hiver sur le continent Nord Américain, l’Europe de l’Est a connu, comme nous il y a deux semaines, un coup de douceur tout à fait remarquable. Ainsi, les 20°C ont été frôlé mardi 25 mars sur Moscou, explosant le précédent record de 17,5°C. Cette douceur qui s’en est allé sur l’Europe occidentale ces derniers jours, retrouvera le chemin de la France pour le week-end.

 

Le grand retour de la douceur

 

 

 

Entre un système dépressionnaire sur le proche atlantique et un anticyclone de blocage en mer du Nord, les vents seront orientés au sud-est ces prochains jours.

A cette occasion, une tempête de vent d’autan secouera la région Midi-Pyrénées où les rafales pourront atteindre ou dépasser les 100 km/h samedi sur le Midi-Toulousain et les cimes pyrénéennes.

 

Ce flux de sud-est advectera de l’air particulièrement doux sur la France nous plaçant bien au-delà des normales de saison. Cette douceur ou quasi chaleur sera particulièrement agréable grâce à des conditions plus calmes et ensoleillées en se dirigeant vers le nord-est, au plus proche de l’anticyclone. Sur le pourtour méditerranéen, l’influence maritime humide pourra limiter la hausse du thermomètre. Enfin, la Bretagne fera figure d’exception ces prochains jours. Au plus proche des basses pressions atlantiques, les nuages  y régneront en maître et quelques pluies pourront arroser la région d’ici au début de semaine prochaine.

 

 

Et la suite ?

 

Pour autant, nous surveillerons la tenue du blocage anticyclonique sur le continent. Il est fréquent que ce type de régime persiste bien plus que les modèles ne l’envisagent. Attendons et surveillons.

 

La fiabilité baisse d’un cran à partir du milieu de la semaine prochaine. Les dépressions atlantiques pourraient gagner en dynamisme et nous intéresser. Après une pointe de douceur, la première dégradation orageuse de la saison ne semble pas improbable. A l’arrière, des conditions plus fraîches s’imposeront.


Analyse météo technique du 21 mars

Changement radical de temps ce week-end : la période de temps exceptionnellement doux qui nous concerne depuis plus de deux semaines s’achèvent et laisse place à une météo fraîche accompagnant pluie, vent et neige en montagne. Un cocktail que nous n’avions plus connu depuis la début mars et qui pourtant est habituellement légion lors du passage au printemps.  Les giboulées de mars ou cette alternance de pluie ou de grêle et de soleil sont l’un des charmes du printemps et rythmeront donc notre week-end et plus si affinité.

 

La faute à ...?

 

 

 

 

L’anticyclone qui accaparait l’Europe occidentale au cours de la dernière dizaine et qui y favorisait un temps sec bat en retraite sur les Açores. Son retrait ouvre la voie au courant perturbée qui pilote des anomalies froides et dépressionnaires depuis le nord de l’Atlantique en direction du continent européen. La France est le passage obligé.

 

Dès ce week-end et au moins jusqu’au milieu de la semaine prochaine,  nous attendons donc plusieurs passages perturbés sur l’ensemble de nos régions. Ils seront suivis d’un ciel de traîne caractérisé par une succession d’averses de pluie ou de grêle et de rafales de vent modérées à fortes. A cette occasion, la neige fera son retour dès la moyenne montagne et au dessus de 1000m les épaisseurs pourront être importantes sur les Pyrénées, le Massif Central et les Alpes notamment.

 

Les températures connaitront une chute particulièrement importante. Elles pourront ne plus dépasser les 10 à 14°C en moyenne du Nord au Sud, bien loin des 20°c encore fréquents jeudi sur les ¾ du pays.

 

 

Le mauvais temps perdura-t-il ?

 

 

Il semblerait que les modélisations numériques du temps n’aient pas apprécié le changement de régime sur l’Europe occidentale. La prévisibilité devient très vite médiocre pour la suite de la semaine. Une tendance semble tout de même se dégager avec l’isolation d’un système dépressionnaire sur la Péninsule Ibérique et le Maroc. Grâce à l’établissement d’un flux provenant de méditerranée, nous pourrions renouer avec des conditions plus douces mais pas forcément sèche notamment dans le Sud du pays. L’affaire est à suivre très prochainement.  


Comment lire les cartes d'analyses techniques

Les champs dynamiques

 

Dépression dynamique

Zone de basses pressions (inférieure à 1013 hPa) à isobares fermés. Elle résulte d'un mécanisme d'aspiration de l'air (convergence au sol, divergence d'altitude). Ce mécanisme se produisant sur toute la hauteur de l'atmosphère, on la différencie d'une dépression thermique.

Dans l'hémisphère Nord, les vents y soufflent dans le sens des aiguilles d'une montre (selon la règle de Buy-Ballot).

 

Anticyclone dynamique

Zone de hautes pressions (supérieure à 1013 hPa) à isobares fermés. Elle résulte d'un mécanisme de tassement de l'air (convergence d'altitude, divergence au sol). Ce mécanisme se produisant sur toute la hauteur de l'atmosphère, on la différencie d'un anticyclone thermique.

Dans l'hémisphère Nord, les vents y soufflent dans le sens inverse des aiguilles d'une montre (selon la règle de Buy-Ballot).

 

Extremmum de pression et zone de blocage dynamique

Les lettres représentées ci-contre sont respectivement associer aux dépressions et anticyclones dynamiques

L'extremmum de pression du centre d'action est indiqué sous chaque lettre.

 

 

Evolution de pression du système isobarique

De la gauche vers la droite de l'image, la pression du système diminue, est constante ou augmente au cours du temps.

 

Axe principal de talweg 

Un talweg est une excroissance d'une dépression. Il s'étire le long d'un axe (les pointillés) à partir du creux dépressionnaire. Il forme ainsi un "V" dont la pointe est dirigée vers le Sud dans notre hémisphère. A l'avant, il advecte des masses d'air chaudes tandis qu'à l'arrière, le flux tourne généralement au Nord/Nord-ouest associé à un apport d'air plus frais. En son sein, le temps n'est pas beau.

 

Axe principal de dorsale

 Une dorsale est une excroissance d'un anticyclone. Elle s'étire le long d'un axe (les pointillées) à partir des plus hautes pressions. Elle forme ainsi un "U" dont l'arche est dirigé vers le Nord dans notre hémisphère. Ellle est généralement associée à un temps stable et beau, plus frais dans sa partie Est mais largement plus doux à l'Ouest grâce au flux tournant au Sud.

 

Courant de grande echelle

On peut l'assimiler au courant jet intervenant dans la haute troposphère. Il indique ainsi la circulation de grande échelle.

Pour des soucis de sens, ne sont représentés que les tubes de vents les plus forts.

 

 

Les champs thermiques

 



Dépression thermique

Elle se développe principalement dans un environnement surchauffé en basse couche. Le substrat terrestre subissant des températures très élevées, il tend à se constituer une dépression peu marquée (proche des 1010 hPa) dans la basse troposphère.

Celle-çi est généralement peu mobile et disparaît en cours de nuit par refroidissement. Toutefois, les plus étendues peuvent persister plusieurs jours à plusieurs semaines dans des zones arides ou semi-arides.

 

 Anticyclone thermique

La longue stagnation d'un air glacial en basse couche a pour conséquence la densification de cette portion d'atmosphère qui s'alourdit et qui forme une zone de hautes pressions. Toutefois, et comme pour les dépressions thermiques, l'anomalie de pression disparaît dans la plus haute atmosphère.

C'est dans ce type d'anticyclone que les pressions les plus hautes sont relevées (anticyclone de Sibérie  : 1083,3 hPa relevé en Agata le 13  décembre 1968).

 

 

Extremmum de pression thermique

Les lettres représentées ci-contre sont respectivement à associer aux dépressions et anticyclones thermiques.

L'extremmum de pression du centre d'action est indiqué sous chaque lettre.

 

 

 Limite de masse d'air polaire

Au nord de cette ligne, on parle d'une influence des masses d'air polaires.

 

 

 

 Limite de masse d'air tropicale

Au sud de cette ligne, on parle d'une influence des masses d'air tropicales.

 

 

Les champs d'incertitudes

 

Limite de la zone d'incertitude

Cette zone marque la présence d'instabilité dans la prévision synoptique. 

 


Titre generique

Contenu generique

Analyse météo technique du 12 mars

Un vaste anticyclone s’est installé depuis jeudi dernier sur l’Europe occidentale. Il est accompagné de températures particulièrement douces. En France, nous avons battus des records de douceur parfois vieux de plus de 60 ans dans plusieurs villes ce week-end. Et cette situation perdure en ce début de semaine. Certes les températures n’atteignent plus les valeurs extrêmes de ce week-end mais elles sont toujours hors saison, de 5 à 8°C. Cela contraste avec la sévère vague de froid qui touchait notre pays l’année dernière à la même époque. On relevait par exemple -3°C en pleine après-midi dans Paris. 21°C de plus aujourd’hui.

 

Ce blocage anticyclonique promet de persister.

 

 

 

Les hautes pressions vont perdurer ces prochains jours. Le cœur du système anticyclonique, pointé à 1030 hPa, est prévu migrer sur le proche Atlantique alors que des dépressions vont envahir l’Europe de l’Est. Le flux va donc s’orienter au secteur nord à nord-est sur le Vieux Continent. Les températures vont donc fléchir notamment sur l’Est de la France.

 

Pour autant, aucune précipitation n’est à envisager  dans ce contexte anticyclonique. Quelques nuages pourront s’immiscer jusque sur nos contrées ce week-end mais le soleil ne sera jamais bien loin permettant aux températures maximales de garder un bon niveau pour la saison.

 

 La fiabilité est par ailleurs plutôt bonne, en témoigne ces zones d’incertitudes situées plutôt à l’interface entre l’anticyclone de blocage et les dépressions nordiques.

 

 

Et la suite ?

 

Les hautes pressions pourraient perdre de la vigueur la semaine prochaine. La prévision perd alors brusquement en fiabilité. 50% des scénarios promettent un renouvellement des conditions anticycloniques alors que d’autres signent pour un retour de conditions plus perturbées en flux d’ouest à nord-ouest.


Entrez en contact


espacemeteo@gmail.com

Alexis Vandevoorde
Guillaume Chanteloube

Les droits


Mentions Légales
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Copyright © - EspaceMeteo 2017